Concrètement, la canicule ne se caractérise pas uniquement par le fait d’avoir des températures élevées en journée ; elle se définit également par de hautes températures durant la nuit. À Lyon, le thermomètre a grimpé jusqu’à 40°C. Cette situation exceptionnelle a poussé les employeurs à mener une réflexion pour gérer correctement la situation.

Les conséquences de la canicule sur le plan social

Nous ne reviendrons pas sur la canicule de 2003 et sur les 40 degrés atteints en Août presque partout en France ! Les autorités ont réagi en présentant une série de recommandations pour prévenir l’arrivée et les effets de la canicule.

La nécessité d’adapter la réglementation

Suite à la forte canicule de 2003, un Plan National Canicule (PNC) définit pour la période du 1er juin au 31 août les actions à mettre en œuvre au niveau des entreprises pour les salariés particulièrement exposés aux fortes températures (BTP, blanchisserie, restauration…).

Le PNC comporte 4 niveaux de gravité :
– Niveau 1 : veille saisonnière, c’est celui qui est activé chaque année. Tous les établissements accueillant des personnes fragiles (hôpitaux, maisons de retraite…) doivent être particulièrement vigilants.
– Niveau 2 : avertissement chaleur, pour lequel des mesures peuvent être prises pour renforcer les actions de communication.

– Niveau 3 : alerte canicule, déclenchée par le préfet du département. Des actions de communication sont mises en place pour rappeler les actions préventives. Les personnes âgées sont particulièrement ciblées par ce niveau.
– Niveau 4 : mobilisation maximale, en cas de canicule exceptionnelle, intense et durable tel que ce fut le cas en 2003. Une cellule interministérielle de crise est activée.

L’Etat a également mis en place la Journée de solidarité envers les personnes âgées, afin de financer des actions en leur faveur. Cette loi de 2004 prévoit une journée de 7 heures non rémunérée pour les salariés (ou prise sur les congés), et une contribution pour les employeurs. Elle intervient chaque année en mai ou en juin, le lendemain du dimanche de Pentecôte.

Les mesures de sécurité préconisées par Sphère des RH

Il est essentiel que les employeurs se préoccupent de la santé des salariés, notamment pour se mettre à l’abri d’une éventuelle sanction, pour prévenir tout risque d’accident dû à « un coup de chaud » mais surtout pour démontrer leur implication sur le sujet du bien-être au travail.

En conséquence, en nous appuyant sur le PNC et notre expérience, nous incitons les employeurs aux mesures suivantes :
– Adapter et décaler les horaires des travailleurs,
– Mettre à disposition de chaque salarié 3 litres d’eau fraîche par jour,
– Accorder des pauses plus fréquentes, voire réduire le temps de travail, en proposant aux salariés de prendre leurs éventuels RTT à ce moment-là,
– Afficher des notes de service expliquant ces mesures exceptionnelles,
– Eventuellement avancer les dates de fermeture annuelle de l’entreprise,
– Assurer aux salariés qui doivent utiliser la voiture dans le cadre de leur travail une climatisation dans l’habitacle et leur déconseiller de se déplacer aux heures les plus chaudes.

Chez Sphère des RH, nous accompagnons nos clients et apportons notre expertise en matière d’hygiène et sécurité. Nous aidons les dirigeants à se mettre en conformité juridique, nous réalisons l’évaluation des risques professionnels, oeuvrons pour une prévention accrue en formant et sensibilisant les équipes, veillons à actualiser les panneaux d’affichage de l’entreprise et mettons l’accent sur une communication interne qualitative et pertinente. Nos efforts sont continus tout au long de l’année, ce qui permet de réagir immédiatement et efficacement lors d’une période caniculaire ou tout autre évènement exceptionnel et imprévisible.